Analyse du marché de la crypto-monnaie

1. Le Bitcoin et les cryptos-monnaies

Tout d’abord, le Bitcoin est né de l’idée que les banques centrales ne savaient pas gérer la crise passée en 2008. Que l’émission monétaire fût une folie furieuse qui nous enverrait dans le mur. Ce qui semble se confirmer aujourd’hui. Les leçons de 2008 n’ont pas été correctement apprises et les banques repartent faire les mêmes bêtises. Fondamentalement le Bitcoin ne peut que monter mais doit mourir ! Le Bitcoin une quantité limitée de 21 millions d’unités maximum produite, ce qui l’entraînera à sa perte. Les fermes de minage chinoises fermeront lorsque l’objectif de 21 millions sera atteint. Avec la disparition des mineurs disparaîtront également les valideurs de transactions. Donc le Bitcoin s’autodétruira dans 120 ans, environ. Mais durant cette période, la monnaie devrait progresser de par sa rareté. Mais ce n’est pas le cas.

Crise précédente du Bitcoin

La dernière crise du Bitcoin a été précipitée par le crash de Mount Gox, dirigé par un Français au Japon. Cette crise a eu un effet dévastateur sur ce qui a l’époque n’était qu’une goutte d’eau dans l’océan.
80 % des transactions étaient effectuées auprès de cette plateforme. Toutefois les états lorgnaient déjà sur ce principe de paiement. En 2013, alors que la première phase de la crise des dettes souveraines commençait juste à s’apaiser, Mt Gox a « perdu » énormément de bitcoins dans des circonstances douteuses.

Comment ne pas se poser la question du timing… Un retour des capitaux en FIAT quelques temps après où un petit laboratoire s’est mis en place à Chypre pour « sauver les banques ». Oui les banques se sont servies dans les comptes des clients pour se sauver de leurs propres conneries !

Fin 2015 une même loi a été votée en Europe, et cela est possible sur n’importe quel compte bancaire européen ! Donc en mars 2013 petit labo de Chypre, début 2014 fermeture de Mt Gox… L’effondrement s’est produit exactement comme le graph d’une bulle spéculative.Le schéma est plus que parlant en bas la crise du Bitcoin de 2014 !

Le même schéma se répète depuis en 2015 Et bien évidemment en 2017 / 2018, Jusqu’à présent le bitcoin s’en est toujours sorti, sauf que maintenant il y a un nouveau paradigme ! Chicago Mercantile Exchange ou l’autre Wall-Street. Les frères Winklevoss qui se sont fait chiper l’idée d’un site nommé Facebook se sont lancés dans l’aventure du Bitcoin. Grâce aux millions gagnés dans un accord (bien que déjà riches), ils se sont lancés dans l’aventure bitcoin. Ces anciens étudiants de Harvard, se sont mis dans l’idée de faire rentrer les coins dans le marché par l’intermédiaire de leur société Gemini et font la part belle au Bitcoin.

En parallèle, le CME (Chicago Mercantile Exchange) commence à annoncer la mise à disposition des contrats futures sur les crypto-monnaies. (Le lien entre la mise en place des contrats futures et la société Gemini n’est pas établi mais fortement supposé.)
Les futures sont des contrats qui ont une durée de vie limitée. Ils permettent de parier à la hausse comme à la baisse sur l’actif dont ils dépendent, appelé sous-jacent !

Et oui grâce aux futures, le CME a fourni une arme de destruction massive aux grandes banques et banques centrales pour lui faire plus que mal ! Magnifique n’est-il pas ?

Evolution du marché du Bitcoin dans cette situation

Comme je l’ai évoqué plus haut, le marché semble manipulé. Les banques centrales émettent des messages dégradants sur les cryptos, car on ne va pas laisser le peuple disposer par lui-même, ce serait intolérable ! Les états nous bombardent d’infos comme quoi cela ne sert que le trafic de drogue.

Et si les capitaux partent massivement des banques, elles ne pourront plus saisir l’argent de leur client et donc survivre.
Tous ces acteurs ont des réserves de bitcoins et un outil ultime pour lui faire mal. Donc je ne suis pas positif pour les mois à venir pour la suite mais …B. Analyse graphique ou la baisse continue. Parlons graphique, et passons sur une vue hebdo. Tout d’abord, un petit indicateur que j’aime beaucoup, le RSI en bas, nous indique que nous sommes au milieu de nulle part !

Par contre un petit détail devrait vous sauter aux yeux, la courbe verte. La moyenne mobile à 50 semaines n’a pas été franchie depuis octobre 2015 et depuis, elle fait office de support. Cette courbe sera notre point de référence pour de futurs trades. En repassant en vue journalière :
La zone de prix dans laquelle nous nous trouvons a déjà été travaillée trois fois y compris aujourd’hui.

En mettant tout ceci dans la balance, le Bitcoin a de sérieuses chances de rebondir. Mais, et il y a toujours un mais, nous évoluons toujours dans une tendance baissière. Pour rappel, la définition d’une tendance baissière, des plus bas de plus en plus bas et des plus hauts
de plus en plus bas. Pour le moment pas de nouveaux plus hauts mais pas de nouveaux plus bas, non plus.

Mon graphique journalier, vous permet de constater dans la partie MACD, des chiffres avec des traits horizontaux, ces traits sont des intervalles de Fibonacci. J’ai tenté de tester les changements de tendance avec cet outil. Aucune véracité, mais il est tracé depuis un petit moment. Et bizarrement cela tombe précisément au moment où nous sommes sur le support, jour du départ du rebond.

Et pour finir le RSI qui a frôle la zone de survente puis repart à la hausse. En cas de rebond, si rebond il y a, il peut nous faire revenir vers les 11 – 12k.

2. Analyse macro-économique

Les crypto-monnaies ne sont pas les seules à perdre autant depuis le début de l’année. Le marché action dégringole, lui aussi, comme un caillou dans une piscine.

Depuis la crise de 2008, nos amis les banquiers centraux ont inondé le marché de liquidités. Pour les plus jeunes d’entre vous qui n’ont pas vécu cette période, je vous recommande la vision des films suivants « The Big Short » et « Too Big to Fail », qui vous permettront de comprendre l’ampleur de ce que nous les citoyens lambdas ont vécu.

Pourquoi une telle inondation de capitaux ? Tout d’abord pour sauver le système bancaire d’une
dégringolade incroyable. Les crédit subprime, n’étaient qu’une allumette, les contrats d’assurance’ représentaient 100 fois le montant des subprime. Ceci a littéralement failli engloutir le système bancaire que nous connaissons.

La seule façon qu’ont trouvé les états pour ‘nous sauver’ a été d’inonder le marché financier de
capitaux. Cet argent n’est jamais rentré dans l’économie réelle.

L’effet a été sans appel depuis 2008, une remontée lente du marché action. Le Satochi Nakamoto que l’on ne connaît pas, a été écœuré par ce qui s’est produit et a créé le Bitcoin

La Réserve Fédérale des Etats-Unis, la FED, a donc augmenté la masse de capitaux et a baissé ses
taux pour garantir « l’accès au crédit ». Quelques temps après cette aide, les états sont rentrés en crise avec le début de crise de la dette
souveraine.

Dans une guerre quand on veut détruire quelque chose on s’attaque à ce qu’il y a de plus faible, car notre ennemi va passer du temps à rebâtir et dépenser beaucoup de ressources.
L’une des cibles était l’Europe et l’euro.

Les spéculateurs de l’époque bien que non prouvé, semblaient faire partie du club de Georges Sorros. L’Europe par l’intermédiaire de la Grèce et de Malte rentre dans une spirale anti-dette souveraine entraînant des restrictions budgétaires et d’autres actions.

Entre en scène notre cher président de la banque centrale Mario Draghi, homme qui vint sauver l’Europe. Je passerai ses anciennes relations (directeur européen chez Goldman Sachs), un loup dans la bergerie ?

Donc celui surnommé à l’époque « super Mario », commence à inonder le marché de cash, pour soutenir le marché de la dette européenne. Les banques pouvaient acheter à prix réduit de l’argent à 1 % avec un rendement de 2 % en achetant de la dette européenne… Un beau cadeau n’est-ce pas ? Malgré quelques petits envenimements en Grèce le marché est reparti à la hausse et la crise de la
dette est derrière nous.

Ceci n’était que le premier round, les marchés sont devenus dépendants de cette poussée de cash, etla création d’une bulle s’est faite tant sur le plan monétaire (hé oui une bulle des monnaies FIAT çaexiste aussi) ainsi que sur le plan des dettes souveraines.Voici le graph de la dette française face à un graph du BTC l’année dernière avant sa chute, fin décembre .J’aime beaucoup comparer les bulles… Bref, les dettes souveraines sont la future bulle économique y compris celle des monnaies.On commence à avoir une idée de ce qui est en train de se tramer.

Alors pourquoi les marchés actions chutent-ils ?

Les actions n’ont pas gagné de l’argent, c’est l’argent qui a perdu de sa valeur ! Depuis une petite année l’emploi est reparti à la hausse tant en Europe qu’aux USA. La FED a martelé à propos de son QE (Quantitative Easing = émission massive de monnaie) qu’elle changera de politique quand le marché de l’emploi repartira à la hausse ! Et oui ce qui est bon pour le peuple ne l’est pas pour les marchés ! Donc la FED devrait commencer à revoir sa politique monétaire et cela met les grandes banques en panne de profits !

Bien que nos amis banquiers nous martèlent qu’ils perdent de l’argent à nous faire crédit à bas taux, ils vont surtout perdre leur principale source de revenu, l’argent pas cher ! Comme l’inflation semble repartir aux USA du fait d’une augmentation des salaires, cela va forcer
la FED à revoir son taux directeur. Le crédit sera donc plus cher !

Le crédit sera plus cher aussi pour les états, surendettés comme le nôtre ou les USA dont je ne sais pas lire le chiffre tellement il est élevé ! Comme j’ai pu le lire il y a quelques semaines, la majorité des Américains possède des bons du trésor, surtout les personnes âgées. Sans le savoir leurs fonds de retraites en sont gavés. Si le taux de rémunération augmente, le prix nominal de l’obligation baisse… Pourquoi me direz-vous ?

Simplement, une obligation a un taux nominal indiquant un pourcentage de rentabilité. Quand de nouvelles obligations seront émises autour de 4 % avec le même nominal que celles à 2 %, personne ne voudra de celles à 2 % ce qui est tout à fait logique !

Certaines personnes pourraient perdre 60 % de leur capital ! Les fonds de pensions ne pourront plus honorer le paiement des retraites et certaines banques devraient faire faillite !

Tout ceci est un peu raccourci mais permet de tracer une ligne de fond qui vous permettra d’avoir une bonne lecture sur l’avenir.

J’aime l’univers blockchain et je souhaite contribuer à l’information de la crypto-monnaie en France.