La banque canadienne de Montreal va bloquer les transactions en cryptomonnaie

C’est faire ce que je dis, pas ce que je fais au Canada.

La Banque de Montréal (BMO) a décidé que ses clients ne sont pas en mesure de prendre leurs propres décisions et qu’elle bloquera toutes les transactions liées à la cryptomonnaie. Cette décision a été prise en dépit du fait que BMO prévoit d’offrir des services bancaires à TMX, l’exploitant de la Bourse de Toronto, qui prévoit lancer un service de courtage en monnaie virtuelle.

L’annonce n’a pas été publiée officiellement par BMO, mais plutôt par le biais d’un message sur Reddit. Un utilisateur qui s’est identifié comme employé de BMO a publié une note de service interne de BMO, le bulletin d’exploitation no 632 du 28 mars, qui décrivait la position de l’entreprise. La lettre est censée avoir été envoyée à tous les employés de l’entreprise et s’intitule

« Bloquer les transactions en cryptomonnaie pour les cartes de crédit de la BMO, les cartes de débit et les paiement en ligne interne. »

La note de service annonçait que l’interdiction était en vigueur immédiatement et que BMO bloquerait toutes les transactions avec les services de devises digitales. Apparemment, tout client qui tente une transaction liée à la crypto recevrait simplement un message indiquant que la transaction ne peut être complétée.

Le document interne poursuit en ces termes : « Cette décision a été prise en raison de la nature volatile des monnaies virtuelles et pour mieux protéger la sécurité de nos clients et de la banque« . Si BMO était si soucieux de protéger sa sécurité, pourquoi serait-il en partenariat avec TMX ? Cela crée certainement plus de questions que de réponses.

BMO n’est pas la première banque à interdire les transactions en cryptomonnaie. Le mois dernier, la Banque d’Amérique (BOA) a annoncé qu’elle interdirait à ses clients d’utiliser les cartes de crédit émises par la BOA pour acheter de la monnaie numérique. De plus, JPMorgan Chase, Capital One, Discover et Citigroup ont fait de même. En février, Lloyds Banking Group hors du Royaume-Uni a eu la même politique envers ses clients, les empêchant d’utiliser leurs cartes pour des transactions en cryptomonnaies.

Cependant, dans une petite lueur d’espoir, les tribunaux israéliens se sont récemment ralliés aux monnaies numériques. La Cour suprême du pays a ordonné à Bank Leumi de ne pas fermer les comptes de Bits of Gold, une société existante qui commençait à se lancer dans le marché de l’argent virtuel. La banque avait fait valoir qu’en raison de sa simple vertu de traiter dans la crypto, Bits of Gold était une organisation discutable. Toutefois, les tribunaux ont déterminé que la banque ne peut pas rejeter arbitrairement la relation en se fondant sur des suppositions. D’autres tribunaux serviraient bien le public en prenant la même décision.

Traduit librement de Coingeek

J’aime l’univers blockchain et je souhaite contribuer à l’information de la crypto-monnaie en France.