Les échangeurs décentralisés vont simplifier l’écosystème des monnaies virtuelles

La technologie Blockchain et la cryptomonnaie sont nouvelles et s’enorgueillissent d’être dans un marché à croissance extrêmement rapide. Le nombre de devises digitales qui sont lancées quotidiennement fait qu’il est impératif qu’il y ait un système de gestion et de transaction mieux organisé que ce qui est actuellement disponible.

Pour une technologie qui est toujours en quête d’adoption par le grand public, un système d’entrée et de communication facile fera un long chemin vers sa crédibilité. Les systèmes de stockage existants (portefeuilles) pour les monnaies virtuelles et la mise en place des échangeurs actuellement disponibles rendent le fonctionnement au sein de l’écosystème un peu encombrant.

Les limitations susmentionnées ne passent pas inaperçues au sein de ce secteur, car diverses sociétés de solutions proposent des méthodes alternatives qui pourraient résoudre les problèmes en fonction des particularités des utilisateurs.

Selon Jeremy Epstein, PDG de Never Stop Marketing, l’un des développements critiques et nécessaires qui réduira la complexité de la gestion des actifs numériques impliquera la création de portefeuille multisignature de confiance. Par exemple, s’il m’arrive quelque chose, comment puis-je m’assurer que mes proches ont accès aux pièces de monnaie et/ou aux actifs numériques ? Sinon, que se passerait-il si quelqu’un me braquait pour voler ma cryptomonnaie ? Comment s’assurer qu’un voleur ne peut pas s’enfuir avec l’argent virtuel ?

Epstein explique qu’en-dehors des cas d’utilisation individuelle, nous devons penser à la gouvernance d’entreprise. Si une entreprise prend le paiement d’un bien ou d’un service en crypto, ces pièces doivent être protégées et non détenues sur le compte d’une personne. Il s’agit là d’un obstacle majeur à l’adoption par le grand public.

Sur la question de la compatibilité des devises numériques et leur conversion, Epstein note qu’il existe déjà des systèmes améliorés qui facilitent les transactions des utilisateurs entre les différentes communautés. Il note que cela est nécessaire parce que la plupart des bourses centralisées sont conçues pour tirer profit des investisseurs de détail. Il souligne également que près de 90% des transactions sur ces plates-formes sont effectuées par la « maison » afin de manipuler le prix pour que les investisseurs de détail soient exploités.

Cependant, les bourses décentralisées comme Bancor, par exemple, font déjà plus de 10 millions de dollars par jour en volume. Des services comme Radar Relay, construits sur le protocole 0x, suppriment le risque associé aux carnets d’ordres ouverts. De plus, les platesformes d’interopérabilité de la blockchain comme ARK avec leur SmartBridge et leurs auditeurs encodés vont aider les gens à faire du commerce relativement sans friction à travers les blockchain sans tenir les pièces de l’autre réseau.

La facilité d’utilisation de ces échangeurs n’est pas encore populaire, pas plus que leur rapidité. Cependant, l’élan généré parmi eux prend de plus en plus d’importance. Les plateformes émergentes comme Alttex créent également des plateformes de négociation décentralisées et multidevises. Le PDG de l’entreprise, Yevhenii Meita explique que le fait que la plate-forme est décentralisée, permet un système plus sûr et gêne les pirates et et les attaques DDoS.

« Le système de sécurité AltExchange est très fiable. Pour un niveau de protection supplémentaire, nous avons activé les fonctions Touch ID, Face ID et Pin-code avec authentification à deux facteurs par courrier électronique »

explique Meita.

Il conclut en expliquant que la plateforme permettra aux utilisateurs d’acheter en toute sécurité des monnaies virtuelles en utilisant une carte de crédit ou de débit, et de retirer des fonds avec des commissions minimales. Tout ce qu’il faut pour la vérification de l’identité est deux selfies montrant les deux côtés de la carte à l’aide d’un AltScanner spécialisé.

Lorsqu’il s’agit de la mise en œuvre pratique des cryptomonnaies et de la facilité d’application, le sujet principal est généralement l’utilisateur final. En fait, tout va bien tant que l’utilisateur final est satisfait. Cette opinion est partagée par le co-fondateur et développeur principal de MoxyOne, Tanshul Kumar. Kumar note qu’il y a encore quelques obstacles en termes de conception pour l’utilisateur final et qu’il y a nécessité de simplification des processus. Il explique au média CCN que c’est l’une des principales raisons pour lesquelles son organisation travaillera au développement d’un système de portefeuille unique qui sera réalisé par le biais d’une recherche approfondie sur les portefeuilles existants et avec des concepts modernes de conception d’UX. Il note que cela améliorera la façon dont les gens gèrent leurs argent virtuel et la facilité avec laquelle ils peuvent le dépenser.

« MoxyOne prendra tout ce qu’il y a de bon dans les solutions de stockage numérique existantes et travaillera avec des sociétés spécialisées dans la blockchain pour s’assurer que nous avons le produit le plus sûr et le plus fonctionnel disponible pour nos utilisateurs et nos sociétés partenaires. C’est en travaillant ensemble avec d’autres grands actifs et solutions de la chaîne de blocs que nous pouvons nous efforcer d’améliorer nos systèmes préexistants et de rendre devises numériques beaucoup plus sûres et plus faciles à utiliser pour tous »

conclut Kumar.

Librement traduit de CCN

J’aime l’univers blockchain et je souhaite contribuer à l’information de la crypto-monnaie en France.