USA : Un trader arrêté pour blanchiment

Un américain trader de Bitcoin a été mis en examen pour transfert illégal d’argent et blanchiment

Le gouvernement américain a pris des mesures sévères à l’encontre des personnes qui utilisent la plateforme Localbitcoins. Cette semaine, un résident de l’Arizona, Thomas Costanzo, a été reconnu coupable de blanchiment d’argent lié à des opérations de trading d’une valeur de plus de 164 000 $.

Le bureau du procureur du district de l’Arizona et le ministère de la Justice a condamné un trader nommé Thomas Costanzo (AKA Morpheus) qui a échangé plus de 164 000 $ de BTC sur la plateforme Localbitcoins. Les fonctionnaires affirment que l’enquête concerne plus de deux ans de transactions. L’année dernière, Bitcoin.com a parlé de la descente chez Costanzo et de sa détention par la Sécurité Intérieure (Homeland Security) le 20 avril 2017. À l’époque, les médias locaux ont laissé entendre que les accusations portées contre Costanzo découlaient d’une opération de lutte contre le blanchiment d’argent menée à l’échelle nationale par des organismes fédéraux américains.

En plus de Localbitcoins, Costanzo a également dirigé ses propres ventes de monnaie virtuelle et les procureurs l’ont accusé de cinq chefs d’accusation de blanchiment d’argent le 28 mars 2018.

« Dans la publicité, Costanzo a annoncé qu’il était prêt à effectuer des transactions en espèces jusqu’à 50 000 $ »

explique le bureau du procureur de l’Arizona.

Lorsque des agents fédéraux infiltrés ont approché Costanzo et lui ont dit qu’ils étaient des trafiquants de drogue, Costanzo leur a fourni de l’héroïne et leur a dit que c’était un excellent moyen de limiter leur exposition aux forces de l’ordre.

La répression contre le blanchiment d’argent par les agences fédérales américaines
Le rapport précise ensuite que Costanzo a reçu environ 164 700 $ en espèces de la part des agents d’infiltration. L’équipe chargée de l’application de la loi a également déclaré que le Costanzo en question utilisait du BTC pour acheter des stupéfiants sur Internet. Les échanges centralisés qui suivent les lois de LAB/KYC facturent généralement 1 à 2 % pour les transactions et les agents déclarent que « Costanzo a facturé entre 7 % et 10 % dans ses transactions de pair à pair ».

Selon les autorités, l’enquête a été menée par l’IRS, la DEA, l’ICE, la Sécurité Intérieure, la Poste américaine et les forces de police locales de l’Arizona. Costanzo sera confronté au juge de district G. Murray Snow pour la connaître la gravité de sa sentance le 11 juin 2018. Les cinq accusations de blanchiment d’argent pourraient entraîner une peine d’environ 20 ans de prison, une amende de 250 000 $ ou les deux. De plus, le bureau des avocats explique qu’un certain nombre de bitcoins ont également été saisis dans l’affaire en raison de la confiscation. Il y a eu d’autres cas similaires de blanchiment d’argent aux États-Unis où des organismes fédéraux allèguent que des citoyens font des transactions illégales avec le bitcoin ou d’autres devises digitales.

Librement traduit de News.Bitcoin

J’aime l’univers blockchain et je souhaite contribuer à l’information de la crypto-monnaie en France.